Le-Bonheur-des-Mots

Le-Bonheur-des-Mots

Atelier conte Janvier 2013 III

Il était une fois une pauvre orpheline qui vivait seule au milieu d'une forêt profonde. Depuis la mort de ses parents, elle n'avait pour amis qu'une meute de loups qui la défendaient contre les autres bêtes sauvages. Elle vivait uniquement de la cueillette de fruits, de champignons et des oeufs de ses trois poules que les loups protégeaient aussi. Sa vie n'était pas vraiment heureuse mais elle s'était habituée à la solitude et s'en accommodait.

Tous les soirs, elle montait dans les branches d'un chêne pour voir le soleil se coucher à l'horizon. Elle  imaginait le monde au-delà de la forêt mais n'osait pas s'y aventurer.

Un jour, elle monta plus haut que d'habitude dans son arbre car elle venait de remarquer un nid à moitié détruit dans lequel brillaient des objets qu'elle ne reconnut pas. Quand elle réussit à les prendre dans ses mains, elle n'arriva pas à les identifier davantage mais elle fut fascinée par l'éclat qu'ils prenaient dans les rayons du couchant. Elle les rapporta dans son humble maisonnette et même dans l'obscurité ils continuèrent à scintiller mystérieusement . Elle aperçut également deux abeilles butinant une très jolie fleur jaune qui scintillait aussi

Rêvait-elle?

Un autre jour, dans le nid, elle trouva beaucoup de fruits à l'arôme délicieux , mais surtout un magnifique bouquet de fleurs.La pauvre orpheline se sentit à cet instant heureuse dans les branches de son chêne, elle y oubliait sa solitude.

Cependant elle ne pouvait pas ignorer que ces objets avaient été déposés sur l'arbre et même si elle les avait pris chez elle, le mystère restait entier.En attendant le lendemain, elle ne put fermer l'oeil, elle était fascinée par cet éclat si éblouissant, serait-il un don du ciel?Ou une toute étrange soucoupe volante qui les avait déposés là-haut avec une finalité quelconque? Comment le savoir? Elle commença par les mettre sur la table , l'un à côté de l'autre, et en ordre de mensuration,les plus grands d'abord, ensuite les moyens, et finalement les petits...Mais en les prenant, elle se brulait les doigts....C'est mieux de ne pas toucher....Mais la fascination continuait....et elle n'arrivait pas à s'endormir...

Là-haut, tout en haut de la cime de l'arbre où elle avait construit son nid (celui qui apparaît, l'hiver quand les branches sont nues) , Dame-la-Pie souriait d'aise en voyant l'émerveillement de la fillette qui, ainsi, la motivait à lui offrir son butin brillant et chauffé de soleil.Elle savait que la jeune fille remonterait dans le chêne, elle savait qu'elle y mettrait, elle, la pie, d'autres objets fascinants que l'orpheline viendrait chercher avec plaisir et curiosité.

L'oiseau savait aussi que la jeune fille en ornerait un jour sa modeste robe et que les loups feraient une haie au Prince Charmant qui viendrait à cheval quérir le coeur de la Belle en allant regarder le coucher de soleil avec elle au sommet de l'arbre

La pie n'avait pas terminé sa mission mais elle était déjà heureuse en imaginant le mariage princier et la naissance de leur premier enfant qui serait....le trisaïeul du bisaïeul de l'arrière-grand-père de la grand-mère du père de la mère de ...Kate Middelton !

 

                             Textae collectif



22/10/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 31 autres membres