Le-Bonheur-des-Mots

Le-Bonheur-des-Mots

Le château enchanté


Il était une fois un seigneur, retranché dans son château,  en haut d'une colline. Il vivait en ermite isolé de tout. Quelques serfs venaient le ravitailler des récoltes du comté. Personne d'autre  n'entrait dans cette bâtisse sordide.
 
Pourtant des oiseaux, des papillons voletaient autour des ouvertures, des créneaux, du pont-levis, puis disparaissaient à l'intérieur.
Par quoi ou par qui pouvaient-ils être attirés ?
 Un parfum, une fleur, des graines dispersées par le vent...
 
Le seigneur, aux dires de ses serviteurs semblait heureux, gai.
 
Un jour, des guerriers intrigués par cette forteresse close, décident de l'attaquer. Ils ne convoitaient ni l'architecture, ni l'emplacement du château. Ils voulaient savoir pourquoi le seigneur  vivait en reclus. Quel enchantement pouvait participer à sa joie de vivre ?
 
Voici donc des hommes, encarapaçonnés sous leur protection, pilonnant les différentes portes du château. Tantôt la serrure cède, tantôt les gonds lâchent et d'immenses battants s'effondrent lamentablement.
 
Le chef de la troupe poste des gardes devant chaque ouverture et se fait assister d'adjoints afin de pénétrer au coeur de l'enceinte fortifiée. Ils y progressent très lentement car beaucoup d'autres portes font obstacle.
 
Enfin, au bout d'un long dédale ils découvrent que le dernier verrou a cédé puisqu'ils se retrouvent, éberlués, devant le seigneur terrifié serrant dans ses bras  une magnifique jeune femme liquéfiée. Sur l'une de ses fines et longues mains crispées sur l'épaule de l'homme mystérieux, une bague irradie l'espace. Le chef crie :"Votre vie contre cette bague!". Tremblante et livide, la jeune femme s'apprête à la lui lancer, mais son geste est interrompu par un rire cristallin tellement étonnant que chacun reste immobile et silencieux... Légère est immatérielle  une femme de lumière apparaît, ses cheveux ceints d'une couronne de fleurs, sont si longs qu'ils lui font comme un manteau.
 
D'un geste gracieux elle prend la bague et la glisse au doigt du guerrier qui reste immobile. Soudain, des pieds de l'homme, mais aussi de ceux des autres pillards, surgissent des racines qui s'enfoncent profondément dans la terre, tandis que de leurs bras naissent des feuilles et des fleurs... En quelques secondes, les pillards se transforment en un charmant jardin intérieur. L'harmonie et la douceur baignent à nouveau le château.
 
"Tu sais bien que, même depuis l'autre monde, je te protégerai toujours  ,mon fils" murmure  femme de lumière avant de disparaître avec un sourire.
 
Le jeune seigneur et sa jolie compagne reprennent leur vie tendre et douce dans leur château plein de quiétude, en sachant que, même disparue, une mère n'abandonne jamais son enfant.
 
Quant au château, à l'apparence si simple, il y règne tant d'amour que tout le bonheur du monde y est concentré.
 
C'est pourquoi, redoutant la violence et la laideur, ceux qui y entrent ne veulent jamais en sortir...
 



18/11/2013
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 31 autres membres