Le-Bonheur-des-Mots

Le-Bonheur-des-Mots

Chute ... (Christiane Rouanet)

Elle avait décidé de faire une ballade à pieds dans les bois. Elle se retrouve par terre ,maculée de boue. Si son vélo n’avait pas eu la chaîne cassée , elle ne se retrouverait pas dans ce trou, à ruminer . Le destin  est un opportuniste…

La terre colore ses cheveux ; elle pleure de colère. Ses larmes sucrées ressemblent à de la rosée sur un fruit cueilli un matin d’été. Elle n’a jamais eu de chance. Elle a l’impression qu’une main virtuelle décide à sa place .

Elle aimerait revenir en arrière, bercée par la douceur des goûters préparés par  ses grands parents .Quel  plaisir pour une petite fille, de partager un secret avec sa grand-mère. Un jour celle-ci souleva son jupon de soie pour dévoiler la présence d’une petite pochette brodée remplie de monnaie .Peur de voleurs  , réserve pour les jours difficiles ?A cette occasion elle avait appris que nos ancêtres  pratiquaient le troc, comme modèle économique.  A méditer dans ce monde de la finance à tout crin.

C’est drôle les pensées, elles nous submergent  d’une manière irrationnelle, sur n’importe quel sujet.

 Là elle repense à ce jour où elle avait gagné dans un pays exotique la médaille d’or à des jeux olympiques sous le regard indifférent de son père . Vexée, elle  s’était goinfrée de douceurs de l’orient, de bonbons aux fruits confis, de mets épicés du marché .

Elle en oublierait sa chute : La réalité la rattrape :  Sale, un escargot écrasé sous son bras. Situation dérisoire qui curieusement  fait jaillir les chagrins de la vie.

Sa ballade prend des allures de tragédie ! Son corps si ferme habituellement se retrouve comme son âme dans une ornière ;

Personne ne le saura, car elle n’aime pas être jugée sur ses comportements infantiles.

Elle espère rencontrer un homme qui ne critiquera pas ses actes, pansera  son cœur et son corps ,

conjurera le déclin dans lequel elle s’enfonce .

 Mais d’où lui vient cette nostalgie récurrente ?

 Seule sa grand-mère pourrait   lui redonner du courage.

A cette pensée elle  se relève, s’approche du ruisseau , se lave un peu  .

 Elle se promet de faire arranger sa chaîne de vélo, d’acheter un casque, des genouillères, un pantalon de cuir…..

 

C  Rouanet a joué le jeu des consignes de l’atelier d’écriture  , avec  des mots à utiliser obligatoirement,  ce qui rend le texte curieux.



10/10/2016
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 31 autres membres