Le-Bonheur-des-Mots

Le-Bonheur-des-Mots

Etrange rencontre (Bignacio) version définitive

Étrange rencontre

 

 

Quel bel homme. Il chevauche un grand alpaga. Il avance lentement vers vous. Il vous scrute. Il semble contempler la profondeur de vos yeux couleur chocolat.

Il arrive de derrière les montagnes. Enfin vous pensez. Derrière son passage vous remarquez l'absence d'arbre. Vous voyagiiez seul sur cette vaste plaine. Parfois un lama passait. Vous êtes venu en Amérique latine pour contempler le ciel étoilé, la nuit tombée. Vous avez passé une bonne partie de votre temps dans d'assez hautes altitudes. La chaleur environnantes reste faible. Vous pouvez même dire qu'il fait froid.

L'homme vous scrute interrogateur. Vous le saluez. Il hoche la tête. Vous le trouvez beau. Il descend de sa monture, provoquant milles frottements. Il vous serre la main. En la retirant vous ressentez sa moiteur. Cela vous fait frissonner. Vous constatez la différence avec la sécheresse du milieu qui vous entoure.

Il vous prend par la main et tire la laisse de l'animal avec l'autre. Cela vous semble presque iréel. Il avance. Vous le suivez. Il prend la route qui vous a fait venir ici.

La nuit commence à tomber. Il s'arrête ... puis s'asseoit. Sans un mot vous comprenez qu'il vous y invite. Vous vous asseyez. Il sot un morceau de pain d'une besogne que son compagnon de voyage transportait. Il en extrait aussi une confiture d'algues et un morceau de fromage. Cela vous semble iréel. Vous croquez à pleine dents dans ce mélange étrangé à votre culture. Comment a-t-il conservé le fromage ? Cela reste un mystère. Suite à cette collation, vous montez la tente que vous gardiez dans votre sac à dos. Vous proposez à l'homme de se joindre à vous. Il hoche la tête en signe de remerciement. Vous vous endormez. Vous sentez des bras vous serrer.

 

... / ...

 

Un sourd claquement métallique vous réveille en sursaut. Une casserole a sûrement dû tomber. Vous sortez de la tente. Une forêt luxuriante vous encercle. Votre nez se fait chatouiller par les relents de terre humides. Vous vous levez. Vos pieds nus marchent sur un lit de feuilles mortes. Votre accompagnateur vous sourit. Il est déjà levé. Il enlève l'écorce d'un chêne. Celui ci laisse s'écouler de la sève. Elle ressemble à du miel.

Il vous ramène un verre en plastique rempli d'eau.

 

Soudain autour de vous, tout commence à s'émietter.

 

Le visage de l'homme commence à tomber telle une pluie de sable fin.

 

Vous vous réveillez en sursaut et vous relevez. Rien autour de vous. Vous vous rendez compte que vous aviez simplement rêvé. Vous contemplez le paysage vous entourant. Une vaste plaine vide de tout arbre. Au loin, un homme montant un grand alpaga se dirige vers vous. Quel bel homme !

 



07/01/2018
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 27 autres membres