Le-Bonheur-des-Mots

Le-Bonheur-des-Mots

Capucine (Annie)

 

Il était une fois une petite fille de blanc vêtue, jambes croisées, qui écoutait très sagement l'histoire d'une autre petite fille, racontée par un aigle moqueur et un cochon farceur.

Un jour, dans sa cabane en bois, Capucine -c'est le nom de la petite fille, s'ennuie- En effet, elle n'a pour toute occupation que ses rêves et ses pensées. Elle trouve le temps un peu long et ne sait plus quoi inventer, surtout quand la neige tombe à gros flocons. Elle saute d'un pied sur l'autre, mais voilà, sans énergie.

 

Couic ! couic ! Couic ! Dehors, le bruit s'amplifie. Nez collé à la fenêtre, Capucine, bouche bée, voit se diriger vers elle une figurine en vieux bois vermoulu, complètement désarticulée. Le pantin, une paysanne du Haut Berry, trace son chemin jusqu'à la vitre, dans l'épaisseur de la neige. « Capucine !,  Capucine  ! ouvre-moi. Alfred, le vétérinaire du village de tonton Bobichon, me charge de te remettre cette jarre ». En effet, le pantin déchargeait de son épaule une belle cruche en terre cuite. Curieux, se dit Capucine, avec Alfred, on était (plutôt) fâchés"... Le « couic » qui s'éloignait l' incita à se pencher maintenant au-dessus de ce colis inquiétant. L'odeur, vibrante de chaleur poivrée éveilla totalement la petite fille qui sentait ses forces revenir.

 

De la potiche profonde, posée au sol, émergèrent deux petites oreilles poilues révélant, timidement  une tendre tête de biquette. La jarre bascula, n'éclata même pas, tant le chevreau qui en sortit était léger. D 'un saut aérien, il bondit aux pieds de Capucine, si émue et emplie de joie que des larmes perlèrent sur ses pommettes rosies par la surprise et le contenu de la visite. Elle étreignit spontanément le jeune animal qui, aussitôt, lécha ardemment ses joues.

Si bouleversée et ravie, Capucine n'avait aperçu choir un morceau de parchemin.

 

Son œil, enfin, tombant dessus, elle ouvrit le billet et lut : « de la part des propriétaires de la métairie exploitée autrefois par ton Père ; la nouvelle maison édifiée porte son nom à l'ombre généreuse d'un pin altier que ses mains habiles avaient planté, il y a long temps maintenant.».

 

                          Annie



27/01/2014
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 33 autres membres