Le-Bonheur-des-Mots

Le-Bonheur-des-Mots

Léonard (Bignacio)

Léonard

 

 

Avant, Léonard faisait des choses pas bien, en effet, rabaisser les personnes en difficulté était son point fort. Bah quoi, c'était pas si méchant de dire : « que ceux qui veulent jouer avec moi lèvent la main », à des tétraplégiques. « C'est pas bien de faire cela, si tu continues plus personne ne t'aimera, ni ne voudra jouer avec toi, abandonne ta méchanceté. »

Donc, au final, j'avais été le seul à ne pas le laisser tomber. En effet, j'allais être l'énième personne à partir jusqu'au jour où je le vis sauver un petit canard. Fallait-il lui en parler ou non, une fois il avait déjà réalisé un autre acte de bienveillance, cependant personne ne l'avait cru et depuis, la méchanceté qu'il avait accumulée s'enferma d'autant plus dans sa demeure, le cœur de Léonard. Gâcher notre lien … il en était hors de question, enfin … j'étais quand même sur le point de briser notre relation et de me débarrasser de cette plaie !

Hélas je l'aimais beaucoup trop. Il faudrait le lui dire et le lui montrer mais pas tout de suite, j'avais donc décidé de l'aider. Josiane, la maman de Léonard, m'avait confié que son fils avait quelques problèmes, il n'arrivait pas à discerner le bien du mal, et ne pouvait pas contrôler ses pulsions, mais cela ne nous a pas éloignés dans notre cheminement et nous sommes devenus adultes en restant toujours aussi proches

 

« Kermesse » c'était son mot préféré, je me demande bien pourquoi. Léonard et moi avions maintenant 23 ans, de nombreuses choses s'étaient passées. Malgré quelques moqueries lors de nos années d'études, nous restâmes toujours ensemble. Notre relation était bizarre, enfin à mes yeux. Ô ,il m'avait enlacé, embrassé, il me prenait toujours la main, et évidemment il continuait à être méchant avec les autres. Peut être que tout cela était du à sa maladie, au moins maintenant lorsqu’il était méchant c'était plus sur une posture défensive ...

Qu'est-ce que je l'aime ! RHA , je ne m'en suis rendu compte qu'une fois que j'ai été pris au piège. Si, je vous assure, la dernière fois que son téléphone avait vibré je me suis énervé sans raison ! Tout du long il avait rit, oui, il s'était adoucit avec le temps, l'ambiguïté, elle, avait explosé. Un jour il m'avait demandé d'acheter des préservatifs alors qu'il n'avait pas de copine, il avait ensuite précisé que c'était pour nous deux. Voila, une bombe m'était tombée dessus, j'ai fui.

« Wagon », il déteste ce mot, normal, je suis parti en train, mais je suis revenu, je l'aimais aussi, j'avais juste eu peur, il a tiré la tronche longtemps, je le comprends.

Xavier c'est notre fils, Léonard aimait beaucoup le prénom, moi pas, mais il avait pleuré, et franchement il est balaise pour vous convaincre, il s'est adouci, ses problèmes aussi. Y a-t-il quelqu'un de plus beau et convaincant que lui ?

« Zoo » c'est le mot préféré de notre fils et de mon crétin de mari, on y va deux fois par mois, ils ont peut être peur qu'il disparaisse, en tout cas on mène à trois une belle vie, pleine de piment.

 

Morale :

Celui qui fait du mal aux autres n'est finalement qu'une personne qui cherche à être aimée et aidée



21/01/2017
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 28 autres membres