Le-Bonheur-des-Mots

Le-Bonheur-des-Mots

Canard (Adeline David)

Laisse pas traîner ton fils,
Alors que nous nous situons dans la ville de Léonard
Benji abandonne son tout petit enfant.
« Canard » l’avait-il surnommé dès sa naissance. Celui-ci était à croquer mais le papa, grand fan de pêche, adorait ce surnom.
Dans la demeure où ils vivaient tous les deux,
Enfin, demeure, n’est pas le terme le plus approprié, taudis étant plus adapté aux circonstances. Pour s’intituler « demeure », il
Faudrait que cette ruine soit entièrement démolie et reconstruite aux normes.
Gagnant tellement mal sa vie, Benji n’était pas
Homme à avoir les moyens d’entretenir correctement son logement, ni à pouvoir subvenir aux besoins de son fils.
Il avait bien essayé de tendre la main pour obtenir de l’aide, sans succès,
Jamais !
Kylian, ce petit « canard » abandonné, du donc intégrer en
Larmes, la
Maison des
Nonnes de la ville de Léonard.
Odieux personnages au nombre de 13, celles-ci tenaient cette espèce de
Pension pour orphelins. Le nombre de ces enfants variaient chaque année entre les fugues, les adoptions et les arrivées. Mais quand Kylian arriva, ils étaient
Quatorze
Rebelles qui faisaient vibrer et trembler les murs de la pension.
S’y trouvaient onze garçons et
Trois filles. Tout le monde était à fleur de peau, écorchés par le destin. Et la vie en communauté était loin d’être un long fleuve tranquille…
Une fois, alors que les tensions étaient à leurs combles, les garçons plus agités et turbulents se firent des
Violences inouïes. Allant même jusqu’à remplir un préservatif de sang de mouton et de s’en servir comme d’une bombe, à faire exploser à la tronche du premier ennemi passé. Ces actions se déroulaient majoritairement dans les
WC/waters. Au moins, là, les nonnes ne pouvaient pas tellement assister au spectacle. Et pour nettoyer, c’était un peu plus simple… Il y avait, cependant,
Xavier. Xénophobe invétéré, qui s’en prenait systématiquement à Kylian, vu que ce dernier portant un prénom américain. Il était aux yeux de Xavier, forcément étranger. Xavier était un gaillard sacrément balèze qui s’en prenait à toutes celles et ceux dont la tête ne lui revenait pas. En bref, un
Yakuza (au Japon, membre d’une maffia) à lui tout seul, faisant régner terreur et insomnies. Insomnies, parce qu’avant le coucher, cet insolent allait même jusqu’à saupoudre du piment dans les lits de ses condisciples, dans les vêtements et les chaussures de chacun, bien entendu. En résumé, ils avaient tous à faire à un sacré
Zigoto, complètement zinzin, faisant preuve d’un zèle incommensurable avec surtout un QI au niveau de zéro.

Moralité : ne laisse pas trainer ton fils, si tu ne veux pas qu’il glisse. (Trouve du travail, élève tes enfants convenablement, assume tes choix et ne les laisse pas éduquer par d’autres personnes. Si tu ne peux pas accueillir convenablement un enfant, ne le fait pas !)



21/01/2017
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 28 autres membres