Le-Bonheur-des-Mots

Le-Bonheur-des-Mots

La chasse d'eau (Serge J.B.)

La chasse d'eau
On dit que ce sont les belges qui inventèrent les toilettes à la Turque.
C'est à la fois vrai et faux.
Nos amis du plat pays contigu inventèrent effectivement le fameux bac carré à ras
du sol comportant l'empreinte de semelles pour faciliter la mise en place, mais ce
furent les Turcs, plusieurs siècles après, qui percèrent le trou d'évacuation au fond.
Cette précision apportée, je peux maintenant aborder une facette de nos traditions
rurales, qui perdurent contre vents et marées, malgré l'ostracisme des bien pensants
et des détracteurs végétariens de tout bord, à savoir : La chasse d'eau.
Une manie de nos contemporains, et ceci depuis la première danse du feu (dance of
the fire), consiste à réduire, par des raccourcis tendancieux les expressions à de
vulgaires objets.
Pratiquer la 'chasse d'eau', n'est pas bien sûr, effectuer le geste d'hygiène, devenu
réflexe depuis l'invention du flotteur. Quoi que, par certains cotés on y retrouve tous
les attributs depuis la traque jusqu'à l'hallali.
Il s'agit plutôt, d'une tradition ancestrale, très pratiquée par l'humanité debout, et
révélatrice du degré d'organisation de l'esprit.
Cette 'chasse d'eau' nécessite en effet de concilier plusieurs disciplines, et ceci
simultanément.
Tiens, faisons une pause...
Savez vous qui inventa la gomme ?
Posée comme ceci la question appelle une tripotée de réponses, selon qu'il s'agit de
sucreries, de pneumatiques, de mâchonnage ou de corrections à la mine de graphite
voire d'arabiques.
Même pas ça !
L'inventeur de la gomme fut sans conteste Oreste Ina, dont on retrouve la trace à
Sion, son lieu de naissance. 'Ina que Sion ! ' entendait-on souvent dans les alpages,
mais c'était pure jalousie. La gomme Ina, fut pendant de long siècles la pierre
philosophale des poisseux et autres englués de l'humanité. On en prédit
périodiquement la disparition, mais, tel le Phoenix (scie aussi) elle renaît de ses
boites.
Mais revenons à nos eaux !
La chasse d'eau se prépare longtemps à l'avance. Il faut en effet qu'elle soit pleine.
Les chasses d'eau débutantes ou résiduelles ne sont pas plaisantes parce qu'il faut
toujours remettre la main à la pâte. Les plus belles parties, de l'aveu même des
professionnels du cru sont celles qui ont lieu à la plénitude de la saison. La chasse
d'eau se pratique n'importe où, de préférence dans un site équipé, mais on peut,
avec succès en utiliser de portatives.
Dans cette pratique, on ne tire qu'une fois. Généralement un coup ferme et
pleinement effectué. Il existe des variantes à deux modes, petite 'chasse d'eau' et
grande 'chasse d'eau', qui ont vu leur succès dopé par les économies possibles.
Cette activité est parfaitement encadrée par diverses associations qui ont, au fil du
temps apporté de l'eau (c'est le cas de dire) à ce moulin. On peut obtenir une licence
de tir de 'chasse d'eau' à tout âge aux conditions suivantes :
-Être en pleine possession de ses moyens.
-Connaître la législation en vigueur au moment du tir, que celle-ci soit nationale,
locale ou européenne.
-Maîtriser l'ensemble des gestes techniques qui conditionnent le maniement de cette
arme dangereuse.
-Avoir passé avec succès trois tests consécutifs dans trois lieux différents espacés
horizontalement d'au moins 5000 mètres.
Et enfin,
-Posséder les cartes officielles d'approche et d'atterrissage, dans la version originale
Jacob Delafon1 ou Idéal Standard2.
Le premier tir réussi de 'chasse d'eau' est toujours un événement qui se fête
dignement. Le récipiendaire est en général adoubé au cours d'une cérémonie, où il
reçoit, assis sur une porcelaine ancienne, le grade de Chasseur de première classe.
Citons également une tradition de 'chasse d'eau à courre', réservée aux pratiquants
nécessiteux.
Les trophées obtenus dans une partie de 'chasse d'eau' sont tous aussi merveilleux
les uns que les autres. On site, parmi d'autres, des dépouilles de Jouy, Moustier,
Martres-Tolosanes, et même de Limoges, preuve que les migrations du cheptel
furent intenses au cours des siècles.
Faisons en sorte que cette tradition perdure, au nom de la diversité du patrimoine et
du respect des anciens, qui ont, de manière indéfectible et récurrente, gardé cette
belle activité brillante et honorable, en criant d'une voix forte la devise :
'Chasse d'eau nous t'aimons et tirons en choeur, pour l'honneur de la France'


1 Marque déposée là par erreur
2 Voir note 1



10/11/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 28 autres membres