Le-Bonheur-des-Mots

Le-Bonheur-des-Mots

Au premier son de la cloche...(Gérard Policand ...qui a respecté toutes les règles du jeu de l'atelier de Janvier 2017)

Au premier son de la cloche,

Léonard se sentit mal.

Bien sûr que de proche en proche,

il pourrait rattraper le cheval!

Cette sacré putain de rosse,

allait-elle s'abandonner?

Dans tous les cas les molosses

auraient dû le ramener...

Encore que dans le canard

consacré aux équidés,

il ait noté un placard

disant qu'il  faut les guider...

Faire rentrer à la demeure

un étalon échappé,

il faudrait jument en chaleur

ou des loups bien affamés.

Grands, très grands étaient les risques:

son coeur se mit à vibrer .

Heureusement que le cirque

fermait l'accès de la vallée!

Il serait au pire possible

de l'acculer dans le fond.

Jeter un long lasso fexible,

il n'en était pas question.

Kafkaïenne était la traque

digne d'un tableau de Braque:

un rocher préservatif!

, au bout du long périple

le cheval serait captif.

Même sans bombe sur la tête

il allait ramener la bête.

Ne perdant pas un seul instant

il enfourcha vitement.

On pourrait bien lui faire la tronche

l'applaudir offrir un punch!

Parmi les cabaleros

réunis autour du pot

on dirait " Léonard ce balèze!"

Quel héros pourrait l'égaler?

Rien ne vaut pour un malaise

que des vivats répétés

cela ajoute du piment

à la vie trop effacée.

Sur son nuage de rêve

Léonard flottait , flottait!

Toute gloire est pourtant brève 

devant, il ne regardait .

Une branche malencontreuse

le fit choir brutalement.

Vingt étoiles,cent,

mille, une nébuleuse

s'empara de son cerveau.

Wigwam ce soir sera en deuil

on lui fera des cadeaux  .

Xéranthèmes seront en fête.

Yearlings vont pleurer.

Zut leur père a fait la mauvaise tête

la tribu est désolée.

 



19/01/2017
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 28 autres membres